Nature morte avec deux luths un virginal et des livres sur une table recouverte d’un tapis de Bartolomeo Bettera -
15347
post-template-default,single,single-post,postid-15347,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Nature morte avec deux luths un virginal et des livres sur une table recouverte d’un tapis de Bartolomeo Bettera

Nature morte avec deux luths, un virginal et des livres sur une table recouverte d'un tapis, Bartolomeo Bettera

Nature morte avec deux luths un virginal et des livres sur une table recouverte d’un tapis de Bartolomeo Bettera

 

Nature morte avec deux luths, un virginal et des livres sur une table recouverte d'un tapis, Bartolomeo Bettera

 

Le titre dit ce qu’il y a à voir. Pourquoi ne pas s’en contenter ?

Parce qu’une interprétation intéressante se dissimule dans cet amas d’objets.

L’intérêt du tableau réside dans ce qui n’est pas énuméré dans le titre, autrement dit dans les choix du peintre.

Ces éléments sont : la lumière, le ruban rose du luth, les feuilles écornées du livre de partition, l’aspect vieilli du gros livre et du bout de papier qui se trouve dedans, l’absence de fond qui met en valeur les objets.

S’arrêter au réalisme des éléments du tableau serait une erreur. Les choix de l’artiste indiquent qu’il faut dépasser cela pour comprendre ce qu’ils signifient.

Le tissu du luth me donne une drôle d’impression. En pendant comme ça, il semble abattu, comme s’il se disait : tout est foutu, je laisse tomber.

C’est peut-être exagéré mais c’est le sentiment que j’ai eu.

La poussière est présente. C’est elle qui permet de comprendre le tableau en insérant la notion de temps.

On arrive à rétablir l’histoire : avant, un groupe de musiciens utilisaient ces instruments pour faire des concerts. Puis, ils les ont posés comme ça et ne sont plus revenus. Que s’est-il passé ? Pourquoi ne sont-ils plus là ? A nous d’imaginer.

Cet élément permet aussi de comprendre qu’il s’agit d’un tableau de vanité, c’est-à-dire qui rappelle que la vie a une fin.

Une fois qu’on a perçu le thème du temps, et donc de la mort, tous les autres éléments prennent sens.

Les livres et les instruments symbolisent les sciences.

Le tapis rouge : la richesse.

La feuille utilisée comme marque page : on a pris du temps pour en arriver jusque-là mais on n’a pas pu le finir.

Cela signifie qu’on peut être l’homme le plus instruit et le plus riche au monde, on finit quand même par mourir.

Si nous imaginons que le gros livre est la bible, cela rappelle la phrase de la genèse : « tu es poussière et à la poussière tu retourneras ».

 

Mais le peintre ne se contente pas de mettre de la poussière. Il rajoute des traces de doigt et cette idée est géniale !

 

Ces traces, c’est peut-être ce que nous aurions fait si nous étions dans la pièce. D’ailleurs c’est peut-être ce que nous faisons déjà en regardant. On essaye de comprendre ce qu’il s’est passé, nous aussi on s’est dit que ces instruments étaient autrefois beaux et utiles, nous aussi on essaye de voir au-delà des apparences.

Mais c’est traces montrent aussi autre chose.

Celui qui les a faites n’est plus présent, il est déjà parti. Cela renforce l’idée que le temps ne fait que passer. Et si ces marques de doigt renvoient au spectateur, cela signifie que nous aussi allons partir.

Comme l’explique Françoise Barbe-Gall dans son livre Comment regarder un Tableau, les vanités ont pour but de tromper l’homme.

C’est pour cela qu’elles prennent parfois la forme de trompe-œil. Là c’est le cas de poussière. On pourrait croire qu’elle est sur le tableau et non pas dedans. Mais si l’homme se trompe sur de telles choses sur combien d’autres se trompent-ils. Il est alors nécessaire de penser aux « vérités célestes ».

Je rajouterai que la tromperie se fait aussi avec le jeu de l’apparente simplicité. Le titre a l’air de dire : le tableau représente ça et c’est tout alors qu’il cache l’interprétation que nous venons de voir.

 

Que faut-il retenir pour une nature morte ?

 

 – Apprécier la technique du peintre mais ne pas s’y arrêter.

– Est-ce qu’il y a des éléments qui ne sont pas dans le titre ? Quelle est leur signification?

– Une nature morte peut être un tableau de vanité. Les éléments suivants peuvent vous mettre sur la voie : les livres, les instruments de musique, un marque-page dans un livre, un objet qui rappelle la richesse comme le tapis. Il peut aussi y avoir d’autres choses qui rappellent la mort comme ? Les crânes évidemment !

– Une chose importante : toutes les natures mortes ne sont pas des vanités.

 

 

Vous voulez faire vos propres analyses de tableaux mais vous ne savez pas comment faire ?

Alors téléchargez cet ebook qui explique les bases pour comprendre une multitude de peintures.

Pour le recevoir c’est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :

analyser peinture

 



 

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire