Le Symbolisme en peinture -
307
post-template-default,single,single-post,postid-307,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Le Symbolisme en peinture

Les yeux clos, Redon

Le Symbolisme en peinture

Le Symbolisme

 

 

Introduction

 

 

 

Le symbolisme est un mouvement français apparu à la fin du XIXe siècle.

 

Du fait qu’il désigne d’abord un courant littéraire, il a longtemps été considéré comme un mouvement mineur en peinture.

 

 

 

Les caractéristiques du Symbolisme :

 

 

– L’image de la femme :

 

Elle est représentée sous trois aspects :

– La femme fatale (Salomé, Dalila)

– La femme sacrée (Sainte Geneviève)

– La femme magique (fée, sphinge = version féminine su sphinx)

 

Elle apparait dans des décors fantastiques.

 

Elle est représentée nue avec des bijoux ou de beaux tissus comme la soie.

 

L’archétype de la femme pour les Symbolistes c’est Judith car elle représente à la fois la sexualité et la mort.

 

 

– Opposition au Réalisme :

 

Ce mouvement s’adresse plus à notre imagination qu’à notre regard.

 

 

– Sujets mythologiques, bibliques ou légendaires mêlés au rêve, à l’imagination

 

– Précision du dessin et effacement du coup de pinceau

 

 

Les peintres représentatifs du Symbolisme :

 

 

Puvis de Chavannes

le pauvre pecheur, Puvis de Chavannes

Le pauvre pêcheur, Puvis de Chavannes – Musée d’Orsay

 

Moreau

 

Jupiter et Sémélé, Moreau

Jupiter et Sémélé, Moreau – Musée Moreau, Paris

 

 

Redon

 

Les yeux clos, Redon

Les yeux clos, Redon – Musée d’Orsay

6 commentaires
  • Rodero
    Publié à 18:30h, 18 janvier Répondre
    Je veux savoir tout autor MUNCH et le CRI.
    C’est une expo orale en français que je dois faire.
    Merci !
    • touslestableaux
      Publié à 08:29h, 19 janvier Répondre
      Tu as le choix entre mon commentaire version écrite ou version vidéo.
      Cependant le but de ce blog est d’intéresser les gens à la peinture.
      J’aimerais donc que tu essayes de faire ta propre analyse avant de regarder la mienne.
      Mon commentaire doit être utilisé comme une aide pas comme un travail tout fait à rendre.
  • Ana
    Publié à 20:22h, 12 mars Répondre
    Merci Xavier pour cet article. Grâce à toi j’ai appris des nouvelles choses sur la représentation de la femme dans le symbolisme.
    • touslestableaux
      Publié à 15:02h, 07 août Répondre
      Merci pour ton commentaire, ça me fait plaisir 🙂
  • Éloise
    Publié à 16:38h, 03 janvier Répondre
    Salut, j’ai une analyse à faire sur le tableau « Mélancolie » de Munch et on me demande en quoi ce tableau mélancolique est-il symbolique. Mais je ne sais pas vraiment quoi mettre comme élément de réponse. Est-ce que tu pourrais m’aider s’il te plaît ?
    • touslestableaux
      Publié à 10:02h, 10 février Répondre
      Bonjour, quand je découvre un tableau il me faut généralement une dizaine d’heures pour réussir à l’analyser, donc là je ne peux que te donner quelques idées.

      Déjà je commencerais par définir la mélancolie car la mélancolie avait une définition beaucoup plus forte à l’époque que maintenant.

      Je mettrais en parallèle le couple au fond avec le personnage seul au premier plan (il accentue sa solitude – il ne va pas tarder à embarquer alors que lui va rester assis comme ça longtemps)

      Il y a aussi les couleurs. Il est sur une plage, un endroit d’habitude représentait comme paradisiaque. Là les couleurs sont ternes. Le sable s’apparente à de la terre, la mer qui se retire laisse place au noir et celle-ci n’est ni bleu ni scintillante mais mauve-violet.

      Enfin, il y a la position du personnage. La mer fait référence au voyage, à un ailleurs qui serait mieux qu’ici, à l’imagination. Mais là le personnage n’est pas face à elle, il ne la regarde pas. Son regard semble porté sur le bord gauche du tableau, comme s’il vivait dans un milieu clos. Derrière lui il y a la plage qui s’étend à perte de vue, il y a la ville à peine représentée par un semblant de toiture, juste à côté il y a l’immensité infinie de la mer, mais lui il est entre les deux bords du tableau, son regard ne peux pas aller plus loin, son espace est restreint à ces rochers horribles.

Ecrire un commentaire