Comment regarder un tableau partie (3/6) -
71
post-template-default,single,single-post,postid-71,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Comment regarder un tableau partie (3/6)

saint françois d'assise recevant les stigmates giotto

Comment regarder un tableau partie (3/6)

 

Note : Cet article est une relecture du livre Comment regarder un tableau de Françoise Barbe-Gall paru aux Editions du Chêne, Hachette Livre, en 2008.

1) Saint François d’Assise recevant les stigmates, Giotto

 

 

saint françois d'assise recevant les stigmates giotto

 

 

La première chose que l’on remarque c’est l’absence de réalisme de l’œuvre. Le saint est disproportionné par rapport au décor. Jésus n’est pas représenté comme d’habitude. Des traits lient les deux.

 

Sous cette représentation, il y en a trois autres, notamment une montrant un saint qui porte une église.

 

Rien de réaliste. Mais ce n’est pas ce qu’on lui demande.

 

A cette époque l’art a surtout pour but d’instruire, de montrer et de faire mémoriser des instants importants du christianisme. Les scènes représentaient servent donc à rappeler les événements marquant de la vie de Saint François d’Assise. L’important n’est pas le réalisme mais la symbolique. Pour comprendre le tableau il faut connaître la vie de cet homme.

 

Saint François d’Assise s’était retiré au mont Alverne avec cinq membres de son ordre. Il s’est agenouillé, à écarter les bras et a prié pour ressentir la douleur qu’a éprouvé le Christ et l’amour qu’il a eu pour nous. Jésus lui est alors apparu sous forme de séraphin et lui a envoyé ses cinq plaies sous forme de rayon lumineux. Le saint fut alors touché aux mains, aux pieds et sur son côté droit.

 

Normalement nous devrions voir une croix. Giotto a préféré ne pas la mettre mais à garder la position que Jésus avait dessus. La montagne rappelle vaguement le lieu de l’évènement. Le Saint est reconnaissable à son auréole et à sa tunique. On reconnait Jésus à son auréole, à sa position, aux endroits des plaies. Mais il est représenté sous la forme d’un séraphin. Il s’agit de la première hiérarchie d’anges qui ont pour fonction d’adorer et de louer Dieu.

 

Ainsi la scène principale représente la scène la plus marquante de la vie de Saint François.

 

Les trois vignettes montrent d’autres faits importants mais moins que celui des stigmates.

 

Celle la plus à gauche, c’est le pape Innocent III qui voit en songe le saint entrain de soutenir une église qui s’effondre. Cela signifie que c’est lui qui va redresser l’église. Il va remettre l’église sur pied en créant une communauté, en faisant venir de nouveaux croyants à lui, en rappelant les évangiles et la bonté de Dieu.

Celle du milieu, c’est le pape qui approuve l’ordre créé par le saint : l’ordre des franciscains.

A droite, il donne à manger aux oiseaux. Cela montre à la fois le respect qu’il a des éléments de la nature (il a écrit un cantique des créatures), et qu’il répand la parole de dieu à tous les hommes.

 

Que faut-il retenir ?

 

– L’histoire. La peinture religieuse peut avoir pour but d’instruire, de faire apprendre des événements marquants du christianisme. Il faut donc connaître l’histoire pour comprendre le tableau.

– La symbolique. Quand la peinture a une fonction pédagogique, le réalisme n’a pas d’intérêt. Le but est de reconnaître de qui on parle et ce qu’il s’est passé. Tous les éléments s