Quand Desperate Housewives reprend la peinture

 

Ah la fameuse série Desperate Housewives !

 

Certaines pensent « Wouahhhh cette série est trop bien !!!!!! » tandis que certains pensent « Dire que ma copine m’a forcé à la regarder »

D’autres encore se disent « MAIS POURQUOI IL PARLE DE DESPERATE HOUSEWIVES DANS UN BLOG SUR LA PEINTURE ??? »

 

Parce que le générique est composé de peintures qui ont été génialement détournées.

 

Parler du générique va nous permettre d’analyser des tableaux tout en se divertissant.

 

Cela permet aussi de rappeler que la peinture ce n’est pas uniquement des tableaux accrochés dans des musées.

 

La peinture produit des chefs-d’œuvre qui deviennent des sources d’inspirations. La peinture envahit donc notre quotidien, notre environnement sans que nous nous en rendions compte.

 

Le générique en est le parfait exemple puisqu’il donne une nouvelle vie à ces tableaux en les sortant de l’oubli et en les montrant à des millions de téléspectateurs.

 

 

 

 

 

 

 

L’article version vidéo :

 

 

 

 

1) Adam et Eve de Cranach l’Ancien (1528, galerie des offices)

 

 

Le début du générique reprend un tableau de Cranach L’Ancien représentant Adam et Eve.

 

 

desperate housewives cranach l'ancien

 

 

Eve a saisi la pomme et la présente à Adam, elle attend qu’il se décide à la manger. Celui-ci hésite.

Le serpent est du côté d’Eve et la regarde. Eve est donc l’incarnation de la tentation.

 

Cranach l’Ancien a peint une trentaine de tableaux évoquant la chute, alors pourquoi choisir celui-ci ?

 

Il y a plusieurs réponses possibles :

 

Pour l’absence de fond

 

La plupart des autres tableaux les montrent dans un jardin ou entourés d’animaux.

En enlevant le fond, la symbolique acquiert une portée générale.

(Dans le générique le fond noir est remplacé par un fond vert, à mon avis pour que l’arbre soit plus visible. D’ailleurs la taille du serpent a été augmentée et les pommes sont devenus rouges, ces changements insistent lourdement sur la tentation).

 

Eve n’est pas la seule tentatrice et la femme n’a pas tenté qu’une seule fois l’homme.

Toutes les femmes sont des tentatrices et elles ne cessent de tenter l’homme.

 

– Pour le moment représenté

 

Dans ce tableau l’homme n’a pas encore pris la pomme. Il hésite.

Il est encore saint contrairement à la femme dont l’esprit est déjà perverti.

 

– Pour le regard

 

Dans ce tableau Eve regarde Adam et non pas le spectateur. Son regard mêle défi et séduction. Son attitude montre son envie de lui faire croquer la pomme.

 

Adam parviendra-t-il à se décider ?

 

Dans le générique la femme apparait donc comme l’éternelle tentatrice. Mais là, elle ne laisse pas choisir l’homme.

Elle mange la pomme et ne la partage pas avec lui.

Pire elle fait tomber une énorme pomme qui l’écrase ce qui montre que les tentations de la femme ont toujours de terribles conséquences pour son conjoint.

 

L’aspect comique de la pomme qui écrase l’homme rappelle aussi le côté boulette de Susan Mayer.

 

 

2) L’Hypostyle du Temple de Philae de Louis Haghe

 

 

 

La deuxième partie s’inspire du dessin de Louis Haghe représentant l’hypostyle du temple de Philae.

 

 

desperate housewives hypostyle du temple de philae

 

 

Le dessin représente uniquement un lieu qu’on peut clairement situer en Egypte.

 

Mais dans le générique des personnages sont rajoutés au décor.

 

Nefertari, la femme de Ramsès II, apparaît.

 

 

desperate housewives nefertari

 

 

C’était une femme de pouvoir qui était respectée et qui a même été divinisée à sa mort.

Mais là elle représente une mère dépassée par ses enfants. (Nefertari aurait eu 8 ou 10 enfants).

Même une femme qui a un statut social élevé reste finalement une mère au foyer.

 

Cela rappelle le personnage de Lynette Scavo.

 

 

3) Les époux Arnolfini de Jean Van Eyck

 

 

desperate housewives Les époux Arnolfini Jean Van Eyck

 

 

Cette peinture pose problème. De multiples interprétations existent et des livres entiers lui sont consacrés.

Ce tableau suscite des interrogations à cause de certaines anomalies et par rapport à la symbolique des objets présents dans le tableau.

 

Mais là notre but est de voir comment le générique a détourné le tableau. Et je peux vous dire qu’ils l’ont fait de façon géniale.

Il faut revenir au tableau pour bien comprendre.

 

Cette peinture représente un couple de bourgeois qui se sont mariés. (Il existe des interprétations différentes comme je viens de le dire).

Leurs vêtements et l’intérieur de la pièce montrent leur aisance financière.

 

L’homme regarde la femme qui baisse les yeux en geste de soumission.

 

Passons maintenant à la symbolique des objets :

 

Le cierge : allumé en plein jour il représente les rites du mariage. On allumait également un cierge à la Vierge pour que l’accouchement se passe bien. Dans les deux cas le cierge rappelle la procréation.

Les socques : elles symbolisent l’acte sexuel, se déchausser étant le geste qui précédait le rapport.

Les fruits : la pomme peut rappeler le pêché originel mais les fruits évoquent surtout la fécondité.

Le mobilier : le lit et juste derrière la femme et le rouge, la couleur de la passion, est dominant.

Le chien : il symbolise la fidélité et la maternité.

 

Tous ces éléments évoquent le mariage, la création d’une famille.

 

Le générique reprend les vêtements et la grandeur de la maison mais il se débarrasse de tout le reste.

Il y a encore le chandelier mais la bougie qui était dessus dans le tableau n’est pas montrée.

 

Il ne reste plus que l’aspect financier et l’aspect soumis de la femme. Cette soumission est accentuée par le geste de l’homme qui jette une peau de banane et la femme qui la balaye.

 

Si le générique a retiré des objets il en a aussi rajouté.

Il y a un tas d’ordures par terre. Cet élément semble indiquer qu’il s’agit d’un couple sans amour.

 

 

4) American Gothic de Grant Wood

 

 

desperate housewives american gothic

 

 

L’homme nous regarde droit dans les yeux. Ses lèvres pincées lui donnent un air sévère.

Son attitude évoque quelqu’un de rigide.

Sa tenue montre qu’il s’agit d’un fermier qui a enfilé une veste, j’ai presque envie de dire son habit du dimanche.

 

Sa femme (ou sa fille selon les interprétations) se tient ou plutôt s’efface derrière lui. Elle regarde l’homme d’un air triste. Il est responsable de son malheur et elle lui en veut.

Elle aussi a fait un effort vestimentaire : elle porte un tablier de ménagère sur une robe noir à col blanc et elle porte un camée.

Mais sa tenue et sa coiffure en font un personnage austère.

 

Ce tableau contient aussi des éléments qui évoquent la religion.

Il y a la forme de la fenêtre qui rappelle celle des églises gothiques, la croix que le peintre a ajoutée à le haut d’un édifice religieux qui apparaît en bas à gauche.

 

Il semble donc s’agir d’un couple de puritains.

 

Maintenant regardons la fourche.

 

L’homme la tient fermement, les piques vers le haut.

Elle ne sert pas à rappeler son métier d’agriculteur sinon il l’aurait plantée dans le sol et s’appuierait dessus.

 

Là elle est utilisée comme une arme.

 

S’agit-il d’un rempart entre le monde normal et le leur fondé sur la tradition, l’existence austère et la droiture morale ?

Elle peut aussi servir à dissuader quiconque de s’approcher de sa femme.

Elle peut enfin servir de symbole. La fourche est l’attribut du diable. Cette interprétation parait aberrantes jusqu’à ce qu’on remarque que le motif de la fourche se répète sur les vêtements de l’homme.

Il s’agit peut-être de l’incarnation du mal. De toute façon on ne saura jamais ce qu’il fait puisqu’il est impossible de voir dans la maison.

 

Dans le générique la salopette d’agriculteur et à peine visible et la fourche est écartée : la référence agricole est quasiment délaissée.

Les symboles diaboliques sont aussi abandonnés.

 

L’homme ne s’occupe plus de sa femme parce qu’elle est trop vieille, ce qui la rend encore plus triste. Lui par contre retrouve le sourire grâce à une pin up. (L’étude du tableau nous permet de saisir toute l’ironie).

 

desperate housewives pin up

 

 

Il ne s’agit donc plus d’un couple de puritains mais d’un vieux couple menacé par l’adultère.

 

 

Transition 3e – 4e tableau

 

 

Avant de passer au tableau suivant, revenons à la transition entre la troisième et la quatrième peinture.

 

Nous voyons qu’après avoir balayé la peau de banane, la femme jette le balai, ce qui montre qu’elle se révolte. Si elle semble soumise finalement elle ne l’est pas tant que ça.

 

Et mieux encore : non seulement elle se révolte mais en plus elle ridiculise un homme !

 

La preuve : quand elle jette le balai il prend la place de la fourche.

 

 

desperate housewives parodie

 

 

L’homme se retrouve donc avec un objet qui est loin de symboliser la virilité et qui ne permet pas de défendre quoique ce soit. Il est donc risible mais en plus il fait office de ménagère pendant un temps.

 

 

5) Une affiche de propagande de Dick Williams

Le passage suivant s’inspire d’une affiche de Dick Williams.

 

 

desperate housewives dick williams

 

 

Une femme tient des denrées alimentaires dans ses bras. Il est écrit : « Bien sûr que je peux ! Je suis très patriotique et le rationnement ne me fait pas peur. »

Cette image servait à inciter les femmes à rationner leurs aliments pendant la guerre pour éviter la pénurie.

 

Mais sur l’affiche il n’y a pas de fond alors que dans le générique elle se trouve dans une cuisine.

 

Sur l’affiche c’est une femme qui parvient à nourrir sa famille et qui participe à l’effort de guerre en faisant attention à la consommation.

 

Dans le générique c’est une ménagère qui fait tomber ses provisions à cause de leur poids.

 

Encore une fois on voit la femme dépassée par ses tâches ménagères.

 

Elle laisse tomber une boite de sauce tomate qui fait référence à Andy Warhol et qui atterrit dans l’illustration suivante.

 

 

6) Romantic couple et Arguiing couple de Robert Dale

 

 

Le pop art envahie la séquence suivante et cette fois c’est le travail de Robert Dale qui est repris.

 

 

desperate housewives robert dale

 

La boîte de sauce tomate finit dans les mains de l’homme. Après l’avoir reçue, il regarde sa femme d’un air énervé. Celle-ci se met à pleurer et lui donne un coup de poing dans l’œil.

 

On peut supposer que sa femme lui a donné cette boite pour qu’il fasse à manger. Mais il a dû répondre que c’est à la femme de s’occuper de la cuisine et pas à l’homme.

 

Sa remarque a dû la faire pleurer et elle lui met un coup de poing. La femme n’accepte plus sa condition et se rebelle.

 

Après avoir été soumise pendant des années la femme se révolte.

 

 

7) La dernière image

 

 

desperate housewives peinture

 

 

Elle ne fait pas référence à une œuvre mais à la première séquence du générique.

 

Cette fois ce n’est plus Eve qui tient la pomme mais des femmes modernes qui cherchent un homme à séduire.

 

 

Si nous prenons un peu recul, nous constatons que toutes ces illustrations suivent un ordre chronologique : la Genèse, l’Antiquité, la Renaissance, le XXe siècle, les guerres mondiales, les années 80 et enfin notre époque actuelle.

 

Le générique montre donc la condition des femmes à travers les siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *